Spatiphyllum’s Supreme Silence

Commande de la Philharmonie de Paris

À PROPOS

Ce quatuor à cordes s’intègre dans une exploration continue de plusieurs mois autour des textures, formes, mouvements quasi imperceptibles du monde qui nous entoure. Spatiphyllum’s Supreme Silence naît de mon observation soutenue de la plante éponyme. Sous différentes lumières, à plusieurs instants de la journée, ses mouvements demeurent invisibles pour moi ; cependant, elle ne cesse de se développer, de s’ouvrir et de se déployer. Silencieuse, il m’a semblé impossible que le défroissement de ses feuilles, l’absorption de l’eau par ses racines, le hochement de ses bractées blanches et la friction de ses tiges ne produisent aucun son. Cette contemplation curieuse, presque naïve, a ouvert mon imagination et j’ai conçu un développement progressif, aux contours quasiment impalpables mais pourtant en constante mouvance inspiré de ce monde muet. Il y a un plaisir savoureux à orchestrer des sons que je devine se produire, sans être en mesure de les entendre. La mise en musique de ce phénomène résulte d’une envie de témoigner du beau, réel ou rêvé, de ce que la nature offre à nos yeux et à nos sens.

Clara Olivares, octobre 2021

Infos

2 violons, alto, violoncelle

Durée de l’œuvre : 10′

Dédié à Philippe Manoury et au Quatuor Arditti

Extrait (3′) de la création par le Quatuor Arditti

Partition

Disponible sur demande auprès de la compositrice (non éditée à ce jour)

Performances passees

15.01.2022 Quatuor Arditti, Philharmonie de Paris (FR) – création

WordPress.com.